Hôtel de Ville de Paris et les salons de la Mairie

Un des plus beaux monuments de la Capitale, mais aussi l’un des plus ignorés est, à mon sens, l’Hôtel de Ville. Il n’a pas, comme d’autres monuments, une fonction purement décorative ou culturelle, ni même spirituelle. C’est avant tout un lieu de travail, où de nombreux fonctionnaires viennent chaque jour travailler. Tout le monde connaît l’édifice, chaque parisien passant forcément devant de nombreuses fois au cours de l’année, vu son emplacement central. Mais rares sont ceux qui ont pu visiter l’intérieur : l’Hôtel de Ville n’est pas un monument où l’on peut payer un ticket pour visiter ! Ce n’est d’ailleurs pas à la Mairie de Paris qu’il faut venir pour faire ses papiers, mais dans les mairies d’arrondissements, ce qui réduit par conséquent le nombre d’opportunités  de visite… J’ai eu la chance de pouvoir visiter, brièvement, certains salons de la Mairie des parisiens, ce qui me donne l’opportunité de vous parler un peu de son histoire.

Façade Renaissance de la Mairie de Paris

Façade Renaissance de la Mairie de Paris

Bureaux du groupe UMP

Bureaux du groupe UMP

Vitraux de l'Hôtel de Ville

Vitraux de l’Hôtel de Ville

Salle des Fêtes

Salle des Fêtes

Plafond de la Salle des Fêtes

Plafond de la Salle des Fêtes

La Salle des fêtes, réalisée sur le modèle de la Galerie des Glaces du Château de Versailles, mesure 50 m de long. C’est la plus riche et décorée des grands salons de réception de la Mairie. On participé à sa réalisation des peintres comme Henri Gervex, Aimé Morot, Jean-Joseph Benjamin Constant, Gabriel Ferrier. Jules Blanchard, Jules Desbois…

Salon Bertrand

Salon Bertrand

Le Salon Georges Bertrand, du nom de l’artiste qui l’a peint, est dédié à la vie paysanne et l’agriculture. L’agriculture était primordiale dans la France du 19ème siècle, occupant 80% de la population active du pays.

Salon Jean-Paul Laurens

Salon Jean-Paul Laurens

La Mairie possède de nombreux tableaux

La Mairie possède de nombreux tableaux

Tableau monumental de Francis Tattegrain

Tableau monumental de Francis Tattegrain

Tarifs de location des Salons de la Mairie de Paris

Tarifs de location des Salons de la Mairie de Paris

Salle des Arcades

Salle des Arcades

Chaque pilier est orné d'une peinture

Chaque pilier est orné d’une peinture

Pour décorer le Salon des Arcades, il a fallu faire appel à 45 artistes. Ces peintres étaient connus comme étant les peintres « pompiers », parce qu’ils choisissaient des titres pompeux à leurs oeuvres.
Le Salon est divisé en 4 parties : en plus de la galerie, nous avons le Salon des Arts, avec un plafond peint par Léon Bonnat, « Le triomphe de l’Art », le Salon des Sciences et son plafond décoré par Alain Besnard, et le Salon des Lettres, plafond de Jules Lefèvre.

Au fond, une très belle cheminée

Au fond, une très belle cheminée

Les lustres sont tous en baccarat

Les lustres sont tous en baccarat

Fauteuil décoré avec le blason de Paris

Fauteuil décoré avec le blason de Paris

Cour du Maire

Cour du Maire

Vitraux de la galerie

Vitraux de la galerie

Galerie des vitraux

Galerie des vitraux

Sur ce vase, on peut y lire

Sur ce vase, on peut y lire « Toulon »

Parquet de l'Hôtel de Ville

Parquet de l’Hôtel de Ville

La salle des fêtes est la plus richement décorée

La salle des fêtes est la plus richement décorée

L'Hôtel de Ville, coté rue de Lobau

L’Hôtel de Ville, coté rue de Lobau

Une des statues qui ornent l'Hôtel de Ville

Une des statues qui ornent l’Hôtel de Ville

On peut voir la statue équestre d'Etienne Marcel

On peut voir la statue équestre d’Etienne Marcel

Détails architecturaux de l'Hôtel de Ville

Détails architecturaux de l’Hôtel de Ville

L’Hôtel de Ville, qui abrite la Mairie de Paris, long de 110m, large de 85 m et haut de 48 m, est un des bâtiments majeurs de la capitale. Son histoire est intimement liée à la Ville de Paris. C’est ici que les parisiens se réunissaient et se réunissent toujours. On s’y réunissait à la Saint Jean autour des grands feux traditionnels, on s’y réunissait pour faire la Révolution, maintenant on y va pour assister aux matchs de Roland Garros ou du mondial de Rugby… De part sa position centrale, c’est un lieu de passage extrêmement fréquenté, avec à proximité le BHV (Bazar de l’Hôtel de Ville), le Châtelet, la Rue de Rivoli, le Louvre… nous sommes au cœur de Paris, dans le 4ème arrondissement, tout près de la Seine et de l’Île de la Cité.

Histoire de la Mairie de Paris

L’origine de la Mairie remonte au Moyen-âge, lorsque les marchands parisiens s’associent pour gérer principalement le transport fluvial, entre autres prérogatives. Les marchands (qui sont des bourgeois) vont débattre de leurs règlements au Parloir des Marchands, et nomment un prévôt des marchands, chargé d’appliquer les décisions de l’association. C’est cette corporation qui va évoluer en municipalité parisienne au fil des siècles. En 1260, Saint Louis octroie à la corporation le droit d’administrer une partie de la ville.

En juillet 1357 que Etienne Marcel, prévôt des marchands de Paris, achète la « Maison des Piliers », pour y installer le Parloir aux bourgeois. Les nouveaux locaux se situent place de Grève, qui n’est autre que l’actuelle place de l’Hôtel de Ville. La prévôté de Paris va durer tout le long de l’Ancien Régime, et ne prendra fin qu’à la Révolution Française, lorsque Jacques de Flesselles, le dernier des prévôts des marchands, fut assassiné le 14 juillet 1789.

La Maison des Piliers, au XVIème siècle, ne suffisait plus pour héberger les institutions municipales parisiennes. François Ier demande alors à l’architecte italien Dominique de Cortone, dit le Boccador, de construire un Hôtel de Ville à l’image de son temps et de la ville. Nous sommes en pleine Renaissance, 1533, et le palais doit être décoré à l’italienne, mais avoir de hautes toitures, comme on en trouve au nord de la Loire. Ce n’est qu’en 1628, sous louis XIII, que l’édifice sera achevé, ne laissant pas à Boccador, mort en 1549, l’opportunité de voir son œuvre finie.

Jean Sylvain Bailly est élu premier maire de Paris le 15 juillet 1789. De nombreux maires lui succèderont lors de cette période perturbée de l’Histoire française, jusqu’en 1794, où la fonction de maire de Paris est supprimée. Il faudra attendre 1848 pour qu’à nouveau la capitale possède à nouveau, pendant quelques mois, un maire. Les années 1870 et 1871 verront à nouveau encore une fois un maire de Paris.

L’Hôtel de Ville fut agrandit plusieurs fois, accompagnant l’évolution de la capitale, et ses besoins grandissants en administration. Une première fois en 1803 (l’année où la place de Grève est devenue la Place de l’Hôtel de Ville), puis en 1837 et 1841, donnant un aspect beaucoup plus imposant au bâtiment, mais en préservant toujours la façade Renaissance de Boccador.

L’incendie de l’Hôtel de Ville du 24 mai 1871

L’année 1871 est de funeste mémoire pour les parisiens : les combats qui eurent lieu lors de la Commune de Paris provoquèrent l’incendie de la Mairie. Il n’en resta rien, ou presque : seule l’Horloge survécu. L’Hôtel de Ville fut totalement détruit. Avec le bâtiment, les archives de la ville, ainsi que la bibliothèque ont également péri, brûlées dans l’incendie. Une reconstruction s’imposait alors : comme je l’ai dit au début de l’article, la Mairie de Paris, c’est avant tout un lieu de travail. Les fonctionnaires n’avaient plus de bureaux, plus de locaux où exercer leur métier ! La construction du nouvel édifice se devait donc d’être rapide : il fut reconstruit entre 1874 et 1882, à peine 8 ans pour un palais de cette envergure, sur les plans des architectes Théodore Ballu et Édouard Deperthes, qui ont respecté la façade Renaissance de Boccador. La nouvelle mairie fait 8 étages,  14476 m² au sol, soit 66 000 m² au total, pour  600 pièces principales (et 7 kms de couloirs !).  Le nouvel Hôtel de Ville, inauguré le 13 juillet 1882, possède la même façade que son prédécesseur. Et  heureusement, je voudrais dire, c’est un des plus beaux palais de la ville, si ce n’est le plus beau ! Le monument culmine à 50 m de hauteur, avec son campanile.

Finalement, Paris, capitale de France depuis de nombreux siècles, n’a eu que très peu de temps un Maire. Notre Mairie de Paris, telle qu’on l’a connaît, n’existe que depuis mars 1977, avec l’élection de Jacques Chirac. Il n’y avait, avant 1977, pas d’administration pour la seule ville de Paris, qui devait se gérer avec les mairies d’arrondissements. Difficile de mener à bien de grands projets qui concernent l’ensemble des arrondissements dans de telles conditions.

Visite des Salons de l’Hôtel de Ville

La Mairie dispose de 2300m² de salons. Je n’ai pas pu tous les voir lors de ma petite visite, mais je peux vous en parler, avec les quelques photos que j’ai pu faire :)

Une petite note toutefois sur les salons que je n’ai pas pu voir, mais que je verrais forcément un jour, pourquoi pas lors des journées du patrimoine (qui ont lieu chaque année en septembre). Je n’ai pas vu par exemple la Salle des Prévôts, où l’on peut trouver la Louve, symbole de Rome, la seule ville avec laquelle Paris est jumelée. C’est la première salle où l’on arrive lorsque l’on rentre par la porte principale de la Mairie. C’est une salle des pas perdus, où on attend. Comme je suis rentré par la petite porte de derrière, rue de Lobau, je n’ai pas pu voir la Salle.

Il y a également le Salon des Tapisseries, qui, comme le nom indique, abrite de splendides tapisseries, le Salon Willette (du nom de l’artiste qui le décora), le Salon des Caryatides, le Salon Puvis de Chavannes, le Salon Henri Martin… bref, beaucoup de choses à voir une prochaine fois. Pour info, si j’étais riche, je pourrais me louer une bonne partie des Salons. Il est possible de le faire avec la Mairie, et, juste à titre informatif, je vous mets ici les tarifs 2010. Au vu du prestige de l’endroit et de la taille conséquente des salons, je trouve les tarifs raisonnables, surtout si on pense que les clients peuvent être des entreprises.

Petite pensée pour le Salon Chéret (décoré par Jules Chéret), affichiste très connu de la Belle Epoque : c’est magnifique ce qu’il a fait dans ce salon, avec une œuvre remplie de gaieté et de couleurs vives. Il y a des Salons que j’ai traversés en courant, mais il faisait trop sombre pour pouvoir vous apporter des photos dignes de ce nom. Un peu comme l’Escalier d’Honneur, qu’on a juste dévalé. Je n’ai pas pu voir non plus le bureau du maire (155m² tout de même…) comme vous pouvez l’imaginer. Et la liste de choses que je n’ai pas vues est encore longue, ce qui n’est pas étonnant lorsque l’on connaît la taille de l’édifice.

Le Conseil de Paris

La Salle du Conseil de Paris, haut lieu de décision, où se réunissent chaque mois les 163 conseillers de la ville. Le Conseil de Paris, animé par le maire (en 2010, Bertrand Delanoë), décide de la vie locale, au niveau municipal, comme un conseil municipal, et au niveau départemental, comme un Conseil Général : la ville étant à la fois une municipalité et un département possède donc cette caractéristique unique en France.

Je vous laisse profiter des photos des différents salons que j’ai pu voir, comme la Salle des Fêtes ou le Salon Georges Bertrand, je reviendrais une autre fois avec un nouvel article dédié « au reste ». Par ailleurs, si vous avez des précisions à apporter, des corrections à faire sur mon article, je suis bien sûr preneur, il y a tant de choses à dire sur la Mairie de Paris !

Que faire à Paris ?

4 commentaires pour "Hôtel de Ville de Paris et les salons de la Mairie"

  1. Joris dit :

    Auriez-vous un conseil au sujet de qui contacter pour la location des salles ?

  2. jeanfroissart dit :

    C’est à l’hotel de ville de Paris que fut proclamé par deux fois la République : le 24 février 1848 et le 4 septembre 1871. En 1848, le gouvernement provisoire s’y installa pour gouverner la France jusqu’au mois de mai.

  3. François DOMINIQUE dit :

    Madame, Monsieur, pouvez-vous me dire de qui sont les vitraux de la galerie des vitraux et leur date?
    Pouvez-vous me dire si l’Hôtel de ville avait d’autres vitraux en 1871 ?
    Je vous remercie,

    FD

  4. Johanna dit :

    Pourquoi l’hotel de ville a été construit ?

Laisser un commentaire